FANDOM


Quelqu'un a jeté un sortilège ou une prophétie, ou quelque chose de contraignant magiquement. Grâce à une faille dans l'énonciation, un jeu de mot, ou un astuce, quelqu'un parvient à le contourner.

Peut être une forme de Talon d'Achille, quand l'oubli ou la faute échoue à rendre un personnage complètement immortel.

ExemplesModifier

Dans la mythologie védique et brahmaniqueModifier

  • Vishnou en a un peu fait sa spécialité :
  • Varaha, troisième avatar de Vishnou, est un sanglier, qui combat Hiranyâksha, le démon qui avait projeté la terre dans l'océan. Tout simplement, parce que Hiranyâksha disait être immortel contre toute forme de vie, mais il avait oublié d'énumérer le sanglier.
  • Toujours Vishnou mais sous son quatrième avatar Narasimha, l'homme-lion, pour vaincre le démon Hiranyakashipu qui, à la suite de grandes ascèses, avait obtenu de Brahmâ de ne pouvoir être tué ni par un homme, ni par un dieu, ni par un animal, ni à l'extérieur, ni à l'intérieur, ni au sol, ni en l'air, ni le jour ou la nuit. Sous sa forme composite, Narasimha — Vishnou ni homme ni animal, mais mi-homme mi-animal — le tua en le saisissant au seuil d'une porte (ni à l'intérieur, ni à l'extérieur), au crépuscule (ni le jour ni la nuit) et en le maintenant sur son genou (afin qu'il ne soit ni au sol, ni dans les airs) pour enfin l'étriper, car le démon orgueilleux mettait en doute la puissance de Vishnu.
  • Cinquième avatar de Vishnou, le nain Vamana, réussit à repousser l'asura Bali, qui estimait régner sur les trois mondes (le ciel, la terre et les enfers). Vamana est représenté sous la forme d'un nain, et il dit à Bali : «Le monde sera partagé en deux parties : la première, aussi grande et étendue que trois pas de nain, sera sous la responsabilité des dieux, la deuxième partie te reviendra.» Bali accepta le marché, mais Vamana reprit sa forme initiale, celle de Vishnou et enjamba les trois mondes en trois pas, faisant en sorte qu'il pouvait désormais régner sur les trois. Bon joueur, il laissa à Bali les enfers.

Littérature moderneModifier

  • Occurence moderne, dans le Seigneur des Anneaux, Eowyn vainct le Roi-Sorcier d'Angmar, qui ne se souciait pas d'elle car la prophétie de Glorfindel disait qu'aucun homme ne pouvait le vaincre ("no man") cependant, elle jouait sur l'ambivalence du terme "man" qui peut signifier soit l'être humain en général, soit sa seule fraction masculine.